Hlapa koko ! C’est reparti pour le nouveau champ !

Motivés les élèves de l’atelier “Hlapa koko gojenyi ne ini” et les internes ! A peine la fête culturelle terminée, vite, on doit respecter le calendrier cultural. Fin juillet, première étape : “le débroussaillage”.

Les responsables nous ont montré le nouveau lieu de la plantation.  Avant de commencer à débrousser, les élèves ont fait un geste à l’établissement pour dire qu’ils vont débuter  le nouveau champ d’igname.

Au mois d’août,  le champ est brûlé  et nettoyé. Au retour des vacances, les élèves et le personnel  ont ramené des plants pour compléter ceux de leur ancien champ. Avant de mettre l’igname en terre, devant tous les élèves de l’établissement, un intervenant de Nathalo, a été invité pour montrer et aider les élèves à l’identification des variétés, à la pause de midi.. Les ignames ont été regroupées par variétés et chaque élève qui devait planter a rempli sa fiche d’identification pour l’étape suivante : “la plantation”.

C’était l’occasion de montrer aux élèves,  quelles étaient  les variétés à planter au centre, sur les bords et dans quelles directions il fallait les planter,  par rapport au soleil, au vent. Chacun son rôle dans le champ : les garçons  vont préparer le tuteurage et les filles vont désherber.

Ensuite,  attention aux prédateurs ! Il faudra bien construire la barrière pour protéger ce grand travail !

Voyez plutôt les élèves en action !

 

 

 

Commentaires

  1. Je suis le Do Kamo,
    Je chante le monde
    Et mon océanité chante en moi,
    Je suis VIVANT dans mon « écosystème culturel et spirituel »
    Je le nourris et je m’en nourris …
    C’est un mouvement perpétuel vers mon humanité toujours en construction…
    Une relation quasi-charnelle avec la terre nourricière…
    Où mes sens se reconnectent avec le monde du vivant et de l’invisible…
    Je suis CYCLE de la vie…
    J’habite dans la totalité de mon être, mon espace et mon temps…
    Pisteur chasseur cueilleur d’humanité…
    J’observe, je décèle les sentiers sinueux qui me relient à l’autre…
    Dans cette bulle intemporelle,LA PAROLE FAIT SENS.
    Kici

Laissez un commentaire

*