Koko qeqe ne mel !

“Koko qeqe ne mel” signifie “L’igname source de vie” en langue Drehu. C’est l’intitulé de la fête culturelle de l’igname niveau Pays,  organisée chaque année  par le Sénat coutumier  et qui s’est déroulée  du 29 au 31 mai, à la tribu de Luecila Lifou,  pour cet édition 2019.

Les élèves  primaire et collège de Hnaïzianu, participant au projet “Hlapa koko gojenyi ne ini”(le champs d’igname : le chemin de l’apprentissage),  un des axes du projet d’établissement, sont allés participer à cet événement dans la journée du 30 mai avec Mr Kumala Wanyiano (éducateur), Mr Saithu Hnawang (professeur de Drehu) et moi-même WAHMETU Monique (documentaliste). Ils  étaient répartis en plusieurs groupes encadrés par un adulte pour participer au différentes ateliers : les techniques agricoles, les expositions, les visites dans les champs et au centre de recherche de Hnadro (Hnëxujia), les recettes de chez nous, les conférences….

Le conservatoire de l’igname présent à cette édition, avait démontré devant une foule nombreuse et intéressée,  comment planter les différentes variétés d’ignames avec la technique  du sillon en arc en tenant compte de tous les paramètres : Lune, vents, soleil, variétés, calendrier. La journée avec tous les volontaires ils ont confectionné le sillon en arc et  vers 16 h, nos élèves avec tout le public présent s’étaient initiés à la technique de la plantation sous les bons conseils de Mr Selefen un des responsable du conservatoire de l’igname à Païta.

D’autres sont allés visiter les champs du bord de mer au bout de Luecilla pour voir les techniques traditionnelles utilisés par nos vieux dans” les finis”.

L’atelier culinaire,  leur a montré la diversité et la richesse de notre patrimoine. On aura dégusté tout sorte de bons plats sans oublier le scoop : le grand bougna géant …

Hnaïzianu a suivi ensuite toutes les délégations pour visiter le centre de recherche “Hnëxujia” à Hnadro. Beaucoup d’entre nous n’y était jamais rentrés. La visite guidée par le directeur même nous aura appris beaucoup sur la conception du centre, le contenu de leur recherche, les activités de chaque pôle. Une véritable mine d’or sur la langue de Drehu et la culture kanak.

On a terminé  en beauté par la soirée culturelle. Nos petites slameuses en herbe de Hnaïzianu ont clamé leur texte rythmés par le bruit cadencé des vagues et des applaudissements du public.

 

Laissez un commentaire

*